Fin de la traversée


 
Cliquez sur la carte. 
Le petit bateau se déplacera chaque jour sur la carte. Le tableau enregistre les distances journalières.
 

 

Pages ... | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 |...

23/11/2010 - J164 - Message de l’équipe à terre

Serge est arrivé à Wallis. Il partage des moments simples de bonheur autour d’une table, d’une bouteille, d’un verre. Il est juste heureux !
Il pense déjà à repartir après la période cyclonique pour rejoindre l’Australie... Génial
 

23/11/2010 - J164 - Message par SMS

Il est midi, le bateau de la Marine m’a largué et des Wallisiens m’ont pris en remorque. On rentre dans le lagon, c’est Magnifique...
 

22/11/2010 - J163 - La Frégate Prairial

Vous avez déjà eu un navire de guerre en mer qui vous arrive sous le nez... Vous vous dites que quand ils tirent ça doit déménager... Mais je vous assure que de voir 2 heures avant, un plongeur largué par un hélico qui vient t’amener de la bouffe dont tu rêves depuis des mois et discuter le bout de gras pour évaluer la situation en relation avec le commandement, ça secoue... La Marine Française n’a pas vocation à trimbaler les plaisanciers quand il ont du mal à arriver à bon port... Seulement le mauvais temps et ma dérive devenait inquiétante, et je pouvais me retrouver dans quelques temps dans la même situation et en danger : ils sécurisent donc mon arrivée en me remorquant sur les derniers milles... Le commandant Pitrat a attendu, avant de décider ce remorquage, de constater que personne, avec ce mauvais temps, ne pourrait s’éloigner des côtes pour le coup de pouce libérateur...Mais quel accueil... Remarque que le moindre sourire est un accueil pour celui qui n’en a pas vu depuis longtemps... Et la mise en condition de remorquage... là, t’es plus en train de faire le couillon avec ton Sévilor Jaune et ton Bob... : le bateau de 93 mètres, 2600 tonnes, la nuit, à 20 mètres de mon radeau avec le vent et la houle, impressionnants les pros, tout au millimètre... Et les mecs de quart, la nuit, qui surveillent la barque à l’arrière pour pas qu’elle se fasse la valise, et qui te racontent un peu quand ça bastonne...
Demain Wallis.
 

21/11/2010 - J162 - Fou perché

 
 
Cette nuit, y a un piaf genre "Fou" qui a élu perchoir sur le taud enroulé.
Il dormait avec la tête sous l’aile comme les poules de chez mémé...
Je l’ai dérangé un peu parce qu’un cargo rodait, et une vague a fini par le faire tomber.
Il m’a alors lancé un regard ! persuadé que c’était moi le fautif..., puis il a grimpé juste au dessus de ma tête sur la trappe ouverte...
Alors là non !
J’ai gueulé, et je l’ai poussé... eh bien il a refusé de bouger : il s’est retourné, a poussé un cri rauque horrible, et a essayé de me pincer avec son bec à la con...
"Ha, c’est comme ça que tu le prends ?", que je lui ai dit...
En plus, il m’avait foutu les ch’tons...
Je lui ai mis un coup de gaffe, dans sa gueule de perdreau...
C’est pas Walt Dysney ici, c’est la nature, faut la gagner sa place dans le pieu...
Sinon, je me suis lavé complet, mais complet, et j’ai voulu mettre le machin désodorisant en stick sous les aisselles...
Putain la vache, ça chlingue quand tu l’as pas senti depuis 6 mois : ça m’a foutu la nausée.
Il se passe encore plein des trucs... mais je sens qu’il va s’en passer, un gros, de truc.
A tout à l’heure.
 

21/11/2010 - J162 - Quel temps

Il fait moche..., voire très moche..., et avec, tout à l’heure, une période de vents très forts pendant plusieurs heures... Par chance, le vent était passé Nord-Nord-Est, et
j’ai pu avancer un peu sur ma route... Je raconte un peu ces histoires de
mauvais temps et d’orage... En fait, je ne risque pas grand chose, et je me moque de
mes frousses qui sont quand même rares... C’est le coté disproportionné qui est risible ! En fait, ça va très bien. C’est juste moins sympa quand ça n’avance pas et qu’il pleut, mais ça laisse de bons souvenirs.
 

20/11/2010 - J161 - Ça recommence

 
Physalie
 
Je suis à nouveau bloqué par des vents défavorables et sous ancre flottante.
Je suis presque arrivé, et ça coince. C’est très ralant, si je puis dire.
L’eau qui est quand même calme est envahie par des physalies qui sont différentes de d’habitude, et sans filaments... Enfin, je n’en n’ai pas vu...
Elles n’ont pas la forme d’un ballon de baudruche comme celles que je voyais au Nord...
Il y en a une tous les 5 mètres c’est incroyable, et je me demande si celles-ci sont urticantes. La partie violette de la base ne m’inspire pas confiance. De toute façon, je ne plonge plus.
 

19/11/2010 - J160 - Y a de l’orage

Un orage en mer, je te jure que c’est impressionnant, surtout que tu serres les fesses en espérant que la foudre ne te tombe pas dessus... Et chaque fois que ça tombe, l’alarme stridente des cargos se déclenche... C’est un moment super cool, ça fait ambiance Techno... Toum tsi toum tsi toum tsi toum tsi toum piiiiIIIIIITTT... C’est aussi efficace que les dragées Fuca et t’es peinard, y a personne dans les chiottes... J’en ressors lessivé... Faudrait vraiment pas avoir de bol pour que ça tombe sur toi en plein milieu de nulle part... Oui mais voilà, c’est ça le problème ici : les risques pour tézigues sont faibles, mais comme t’es tout seul, si ça arrive à quelqu’un, c’est ta pomme, et ça décuple bêtement le risque dans ta tête. A terre, je ne joue jamais au loto, car je ne mets pas d’espoir sur les très faibles chances... Pareil quand je monte dans un avion je n’ai pas peur.
En clair si tu crois que tu peux gagner au loto tu dois craindre de te crasher en avion... Mais avec un orage en mer, ça ne marche pas mon truc de ouf.
 

18/11/2010 - J159 - "Ça se précise"

J’arrive, Dimanche, Lundi ou Mardi... C’est incroyable... Je commence à réaliser, après le coup de mou de ne pas redescendre sur la Nouvelle Calédonie... La joie d’arriver à Wallis est en train de tout envahir sauf qu’il pleut et qu’il y a de l’orage... C’est pour cela que la date est si peu précise. Rien n’est remis en cause. La pause cyclone se fait dans une autre île, et la traversée est quand même derrière moi. Ce qui restera à parcourir doit être préparé avec beaucoup de sérieux même si c’est court, mais imaginez que je n’ai plus à plonger pour gratter avec quinquin. Je vais faire une coque lisse comme une boule de billard avec un antifouling bourré de biocide pas écolo du tout, mais là je mettrai le paquet...
En attendant, musique !
 

17/11/2010 - J158 - "Laissez moi vous dire quelque chose"

cette photo de l'île de wallis a été prise depuis un falcon 200 gardian de la
L’île de Wallis et son lagon
 
"laisse moi te dire un truc", si t’aimes mieux... je vais donc mettre à l’abri la barque dans une petite île de 20 km... je trouve finalement que ça a de l’allure... la grosse partie du Pacfique est traversée et tu ne vas pas te débarrasser de moi comme ça... je vais débuter une sorte de reportage en image... quelques trucs que j’ai en magasin dans mes caméras.. mais je commencerai par des images de Wallis car ça va être pour moi une vraie arrivée dans ce voyage, une échéance capitale... Parait qu’ils sont très sympas (je flagorne un peu)... parce qu’il ne faut pas croire que quand je vais mettre le pied à terre, dans une semaine, ce sera moins intense qu’à Nouméa... ça va être une explosion interne... sortir après tant de temps de cette inconfort et retrouver des humains, de la bière, de la viande... ça va être dingue... Il va manquer les proches de France dans le bateau qui sécurise l’arrivée, mais de toute façon avec le retard de ces dernières semaines j’allais les rater à Nouméa, alors que là, on va se voir quand même un peu après... Puis va commencer une vie dans le Pacifique Sud en attendant que le bassin descende en température... je finis les 3000 kms qui manquent et je rentre illico donc mi Mai, juste à la bonne saison pour les barbeuks... Il pleut chez vous, je reste au soleil. Le gros, il fait un tiers de la planête à cet endroit ce couillon, alors c’est dificile de viser juste pour être hors des périodes cycloniques. J’ai vu une tornade l’autre jour dont j’ai montré la photo, ça fait réfléchir, et réfléchir à glandouiller dans une île de rêve, c’est pas mal. Après l’étape jusqu’en Australie ou même la Papouasie Nouvelle Guinée (j’adorerais), alors seulement ce blog disparaitra dans le cyberspace et je me tairai à tout jamais.
 

16/11/2010 - J157 - Le poulailler

 
 
Cette nuit, ils se sont battus pour avoir la meilleure place au balcon...
C’était théâtral...
Ils gueulaient, ils gueulaient...
Et moi je foutais des coups de balai dans le plafond, comme une vieille rombière en chemise de nuit que 2 jeunes mariés empêchent de dormir...
Ils sont trop nombreux pour que je leur donne des numéros, à ces poyots nocturnes...
Les 2 à l’arrière doivent être des mâles qui se battaient pour celle à l’avant ( elle avait un cri très aigu ).
C’est toujours la même histoire...
Vous connaissez "la théorie des grands mâles" ?
C’est Romain qui raconte ça... : ça dit que pendant que les grands mâles paradent et se battent pour la conquête des femelles, les petits mâles moches baisent les gonzesses, et se reproduisent...
C’est ça, "la théorie des grands mâles".
 
Pages ... | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 |...

Warning: Division by zero in /usr/home/v1010/html/ecrire/inc/invalideur.php on line 133